Entre engagement et épuisement – le Réseau québécois de l’action communautaire autonome sonne l’alarme

Montréal, le 27 octobre 2016 – Le Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA) lance un rapport dénonçant la nette dégradation des conditions de vie des personnes qui, intensifié par un sous-financement chronique, entraîne l’épuisement du milieu communautaire. Intitulé Les organismes d’action communautaire autonome : entre engagement et épuisement, ce rapport est issu de la Commission populaire pour l’action communautaire autonome (ACA), qui a tenu 13 audiences dans 12 régions du Québec, et a entendu plus de 1 100 personnes.

Les témoignages recueillis lors de la Commission populaire ont souligné que les effets de l’austérité ont laissé les plus vulnérables sur le carreau. « Les familles et les personnes de milieux les plus modestes s’appauvrissent. Elles ont de plus en plus de difficulté à répondre à leurs besoins de base et voient leur accès à des programmes sociaux et des services publics de qualité grandement diminué », affirme Laurence Lagouarde de la Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées du Québec (FAFMRQ). La protectrice du citoyen, l’a d’ailleurs récemment dénoncé : « au fil des ans, les compressions budgétaires touchent de plus en plus les services directs à la population, et on a des conséquences comme des longs délais, des avantages ou des indemnités réduits, des services auxquels on n’a pas accès avec l’intensité requise ou en temps opportun ou tout simplement pas d’accès »[1].

En raison de cet effritement du filet social, les travailleuses et travailleurs des organismes communautaires mènent quotidiennement une double bataille : soutenir les personnes qui, abandonnées par l’État, font appel à eux, tout en essayant d’assurer leur propre survie. « C’est impossible de répondre à l’augmentation des demandes que nous recevons – un nombre de personnes en augmentation avec des besoins de plus en plus complexes – tout ça avec de moins en moins de moyens. La situation de sous-financement des organismes communautaires autonomes est tout simplement intenable », précise Martin Bécotte, directeur de la Fédération régionale des OSBL d’habitation de la Montérégie et de l’Estrie et membre du conseil d’administration du RQ-ACA, en tant que délégué du Réseau québécois des OSBL d’habitation. M. Bécotte poursuit : « Le gouvernement s’est engagé à assurer un financement adéquat des groupes communautaires, en plus de garantir une certaine justice sociale : on est loin du compte! » 

Les participantEs à la Commission populaire pour l’ACA ont aussi indiqué que ni la lettre, ni l’esprit de la Politique gouvernementale en matière d’action communautaire, adoptée en 2001, ne sont respectés. M. Bécotte soutient que « le gouvernement voit les groupes communautaires comme une extension des services publics. Or, ils font les choses autrement : les groupes communautaires s’inscrivent dans une perspective de transformation sociale et de participation citoyenne large. On ne parle pas juste d’organismes de services, mais de générateurs de citoyenneté et de vie démocratique ».

« Ce rapport témoigne des grandes difficultés que vivent les organismes communautaires dans leur travail quotidien et des répercussions qu’elles ont sur celles et ceux qui s’y rendent. Mais il parle aussi de la richesse de l’expérience terrain développée au cours des années et de l’énergie déployée pour y arriver», conclut Alexandra Pierre de la Table des regroupements provinciaux d’organismes communautaires et bénévoles.

Les membres du RQ-ACA iront porter le rapport Les organismes d’action communautaire autonome : entre engagement et épuisement, à l’Assemblée nationale à la fin novembre. Ils participeront également aux actions de grève et de fermeture des 7-8-9 novembre prochains, organisées par la Campagne Engagez-vous pour le communautaire.

[1] Madame Raymonde Saint-Germain, protectrice du citoyen, citée dans «L’austérité a fait mal», de Simon Boivin, Le Soleil, le 29 septembre 2016.

– 30 –

Renseignements ou demandes d’entrevues :

Katherine Macnaughton-Osler, agente de communications
Téléphone : 514-845-6386 – cellulaire : 514-967-7246 | communication@rq-aca.org


Téléchargez ce communiqué en formats Word ou PDF.


Téléchargez le rapport :


Téléchargez le résumé du rapport : en format PDF

 

« Les organismes d’action communautaire autonome : entre engagement et épuisement » – lancement du rapport de la Commission populaire pour l’ACA, le 27 octobre

La Commission populaire pour l’ACA s’est déplacée dans 12 régions du Québec entre l’automne 2015 et l’hiver 2016. Trente-et-un commissaires ont lu 278 mémoires et entendu 145 présentations d’organismes, portant sur :

  • les impacts positifs des organismes auprès des membres et de la population;
  • les impacts du sous-financement;
  • les embûches qui empêchent les groupes de mener à bien leur mission;
  • les impacts liés au contexte d’austérité;
  • les principaux enjeux pour les organismes et pour l’ensemble du mouvement d’ACA dans les prochaines années.

Le rapport de la Commission populaire est enfin prêt, et vous êtes invitéEs au lancement!

Venez entendre ce qu’ont à dire les groupes d’ACA sur les questions de l’heure, et entendre leurs revendications. Le lancement s’inscrit dans le cadre de la Semaine nationale de visibilité de l’action communautaire autonome, et précède les mobilisations collectives de la campagne unitaire Engagez-vous pour le communautaire, qui auront lieu au mois de novembre.

Le lancement se tiendra :

Date : jeudi 27 octobre 2016

Heure : 10h

Lieu : Comité social Centre-Sud, 1710 rue Beaudry, Montréal

 

bandeau-campagne-grand

 

Commission populaire pour l’ACA : quelques résultats préliminaires

À l’occasion de l’assemblée générale annuelle du Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA), les 17 et 18 mai derniers, le groupe de travail « Campagne ACA » a présenté quelques-uns des résultats de la Commission populaire pour l’ACA, qui a eu lieu entre septembre 2015 et février 2016.

Le rapport de la Commission populaire pour l’ACA sera lancé à la rentrée, mais en attendant, voici la présentation qui en dévoile certains résultats ainsi que des extraits parlants de la part de quelques organismes d’ACA.

Bon visionnement!

Accéder à la présentation Prezi sur Prezi.com

 

Inquiétudes au sein du mouvement d’action communautaire autonome – Lettre au Premier ministre, M. Philippe Couillard

Extrait de la lettre :

Montréal, le 5 février 2016

Monsieur le Premier ministre,

Nous, membres du Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA), désirons manifester notre inquiétude quant au sort réservé aux organismes d’action communautaire autonome (ACA) par le gouvernement du Québec. En cette période de restrictions budgétaires, alors que les besoins de la population s’accroissent, les organismes d’ACA peinent à assumer pleinement leurs missions. Cette situation est aggravée par le fait que, pour plusieurs d’entre eux, le soutien financier gouvernemental stagne depuis de trop nombreuses années, sans même d’indexation dans plusieurs cas, ce qui crée un effet d’appauvrissement chronique.

Un autre élément qui nous inquiète vivement est le fait que plusieurs ministères n’appliquent pas ou remettent en question la Politique gouvernementale. L’action communautaire : une contribution essentielle à l’exercice de la citoyenneté et au développement social du Québec, adoptée en 2001.

[…]

Au RQ-ACA, nous sommes très inquiets du peu de reconnaissance accordée à l’action communautaire autonome par votre gouvernement. Nous réitérons notre demande de vous rencontrer le plus rapidement possible afin d’échanger sur la situation exposée dans cette lettre et sur les solutions à envisager.

[…]

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

Pour obtenir la lettre en version intégrale :

 

Action Communautaire Autonome Actions gouvernementales exigées!

MONTRÉAL, le 9 septembre 2015 – La campagne « Action Communautaire Autonome – Actions gouvernementales exigées!» porte la parole de 4 000 organismes d’action communautaire autonome (ACA) qui font front commun pour exiger des actions gouvernementales telles que le respect de la Politique de reconnaissance de l’action communautaire et l’octroie d’un financement adéquat et indexé annuellement.

Dès cet automne, le RQ-ACA (Réseau québécois de l’action communautaire autonome) prévoit diverses activités dans le cadre de cette campagne qui se rallie solidairement aux activités de revendication d’organismes d’ACA partout au Québec. L’activité première de la campagne prendra la forme d’une commission populaire pour l’ACA où des témoignages seront recueillis partout à travers la province.

Normand Gilbert, coordonnateur du RQ-ACA, témoigne que « le besoin de ressources est criant dans les organismes et ne peut être ignoré, d’où la nécessité de s’unir pour porter notre voix. D’ailleurs, la Commission pour l’ACA sera une excellente occasion pour les organismes d’ACA de l’ensemble du Québec d’exprimer leurs revendications, en plus de mettre en valeur les impacts positifs de leur travail. »

Contrairement à la Commission Robillard qui laisse sous-entendre que les organismes communautaires pourraient remplacer les services publics à meilleur cout, le RQ-ACA rappelle plutôt au gouvernement les ententes qu’il a déjà établies avec le mouvement d’ACA et la nécessité de respecter ses engagements. La Politique de reconnaissance de l’action communautaire, adoptée en 2001, stipule que « le gouvernement place les organismes communautaires au centre des pratiques sociales québécoises et reconnait leur rôle dans le développement social et économique du Québec tout en maintenant leur autonomie et leur pouvoir d’initiative ». Or, le gouvernement continue de laisser les organismes d’ACA dans des situations précaires, affaiblissant ainsi leur pouvoir d’action. Et pourtant, voyant les piliers sociaux s’ébranler, il semble que le Québec a besoin plus que jamais de l’intervention de ces personnes oeuvrant au renforcement du tissu social québécois. www.mobilistionaca.com .

[1]Cap sur la performance. Rapport de la Commission de révision permanente des programmes. Sommaire, juin 2015, p. 12.

http://www.mess.gouv.qc.ca/sacais/action-communautaire/politique-reconnaissance-soutien.aspé

C’est le temps de se mobiliser!

Les organismes d’Action Communautaire Autonome exigent du gouvernement qu’il:

  • Respecte sa politique
  • Finance adéquatement les organismes
  • Indexe annuellement leur financement

Communiqué lançant la campagne de mobilisation

Les organismes d’action communautaire autonome se mobilisent: des actions gouvernementales sont exigées!

MONTRÉAL – Le 21 mai 2015 – Le Réseau québécois de l’action communautaire autonome (RQ-ACA) lance une campagne de mobilisation qui a pour thème : «  Action Communautaire Autonome : actions gouvernementalesexigées! ». La patience des 4000 organismes d’action communautaire autonome (ACA) du Québec a atteint ses limites. Ils réclameront ainsi du gouvernement qu’il respecte sa politique, finance adéquatement les organismes et qu’il indexe annuellement leur financement.

Plus spécifiquement, les organismes d’ACA revendiqueront que le gouvernement québécois applique dans l’ensemble de l’appareil gouvernemental la Politique gouvernementale de reconnaissance et de soutien de l’action communautaire, adoptée en 2001. Les organismes jugent inacceptable que son application varie autant d’un ministère à l’autre, tout en n’étant pas appliquée du tout dans plusieurs cas.

Devant fonctionner depuis de nombreuses années avec un financement gouvernemental nettement inadéquat, les organismes sont à bout de souffle et exigent que le gouvernement québécois prévoie dès le prochain budget :

  • Le maintien des programmes déjà existants dévolus aux organismes d’ACA;
  • Le développement de nouveaux programmes dévolus aux organismes d’ACA dans les ministères et organismes gouvernementaux qui n’en ont pas;
  • Qu’il accorde une augmentation significative des montants dévolus aux organismes d’ACA (incluant l’indexation annuelle pour tous les programmes dévolus à l’ACA).

Une action importante de cette campagne de mobilisation nationale sera l’organisation d’une « Commission populaire pour l’ACA ». Le mandat des commissaires sera de recueillir l’automne prochain les bilans de l’impact positif des organismes d’ACA sur leur milieu et leurs doléances portant sur la nécessité d’une meilleure reconnaissance et d’un meilleur financement. Le tout sera lancé début septembre.

À noter que la mobilisation du RQ-ACA se voudra une campagne parapluie. Elle ne remplacera pas les campagnes sectorielles actuellement en cours. Elle se veut une campagne globale et unificatrice de l’ensemble du mouvement d’ACA en regard de la reconnaissance et du financement.

– 30 –

Interlocuteur privilégié du gouvernement en matière d’action communautaire autonome, le RQ-ACA regroupe 60 regroupements nationaux rejoignant plus de 4 000 organismes d’ACA à travers le Québec, lesquels interviennent sur une multitude de problématiques. Info: http://www.rq-aca.org

Pour information : Julie-Maude Beauchesne, agente de communication, 438-397-9107